Go to main content

De l'urgence au développement

Penser l’urgence dans une continuité : prévoir, agir, préparer l’avenir. HI mène des programmes de développement et d’urgence dans une soixantaine de pays. Lorsqu’une catastrophe humanitaire survient dans l’un de ces pays, l’association peut compter sur les équipes déjà en place et les partenaires locaux. Leur connaissance fine du pays permet, en situation d’urgence de s’appuyer sur des services et des partenaires nationaux légitimes et efficaces.

Bangladesh, HI mène une intervention d'urgence dans les camps de réfugiés Rohingyas. Les équipes mobiles identifient les personnes blessées et proposent des soins de réadaptation. Bangladesh, HI mène une intervention d'urgence dans les camps de réfugiés Rohingyas. Les équipes mobiles identifient les personnes blessées et proposent des soins de réadaptation. Bangladesh, HI mène une intervention d'urgence dans les camps de réfugiés Rohingyas. Les équipes mobiles identifient les personnes blessées et proposent des soins de réadaptation. Bangladesh, HI mène une intervention d'urgence dans les camps de réfugiés Rohingyas. Les équipes mobiles identifient les personnes blessées et proposent des soins de réadaptation.

HI met en place une réponse d’urgence tout en poursuivant les projets de développement dans une logique de contiguum. Cette approche est qualifiée depuis le Sommet humanitaire mondial (2016) de nexus urgence-développement. Cette articulation entre urgence et développement facilite les modalités de transition, de sortie de crise, et favorise la résilience des populations et l’impact long terme.

Gestion et distribution de l’aide humanitaire : Atlas Logistique

Outre les services de renforcement des capacités et de formation proposés aux acteurs économiques locaux (comme les propriétaires et les conducteurs de poids lourds), Atlas Logistique partage les données relatives à son réseau de fournisseurs et ses analyses de marché (catalogues, fournisseurs, prix, cartes, points chauds identifiés et informations en matière de sécurité des programmes) avec les organismes en charge de l’action d’urgence dans la région ou le pays afin de faciliter la continuité des activités logistiques après le retrait d’Atlas Logistique. Cela simplifie la transition vers les phases de relèvement et de développement.

Atlas Logistique s’attache également à développer les capacités de suivi des vulnérabilités logistiques dans les contextes humanitaires clés afin d’améliorer nos capacités de déploiement en cas de crise et de conseiller les décideurs humanitaires sur les stratégies destinées aux communautés les plus difficiles à atteindre.

Santé mentale et soutien psychosocial (SMSPS)

Les interventions de HI dans le domaine de la SMSPS posent les bases d’une action d’urgence efficace, tout en facilitant la transition vers les phases de relèvement et de développement :

  • En fournissant des services directs visant à permettre aux individus, aux familles et aux communautés de faire face à la crise ; 
  • En identifiant et en soutenant les ressources et les mécanismes de résilience existants aux niveaux des individus, des familles, des communautés et des services ;
  • En identifiant et en soutenant les services locaux susceptibles de prendre le relais de HI après l’urgence ;
  • En évaluant la capacité des pouvoirs publics nationaux à poursuivre et/ou développer les services de SMSPS, si nécessaire.

HI a pour objectif de compléter ses services directs par des approches communautaires de la SMSPS et le renforcement des capacités des services existants. Progressivement, et dès que possible, HI aide les prestataires de services existants à retrouver ou à adapter leurs capacités techniques et matérielles au travers de formations, de services d’accompagnement, d’un soutien matériel, etc.

 

Lutte antimines

Les analyses et interventions de HI dans le domaine de la réduction de la violence armée sont adaptées au contexte. Elles facilitent la transition entre l’urgence, le relèvement, le développement et/ou les crises chroniques grâce à : 

  • L’analyse des vulnérabilités, des obstacles, des risques, des incidences, du contexte et des parties prenantes ;
  • La priorité donnée aux régions les plus vulnérables et aux populations touchées par le conflit ; 
  • La conciliation des priorités locales, des priorités nationales et des objectifs de développement à long terme ;
  • La définition de priorités et d’objectifs partagés avec les autres acteurs et les pouvoirs publics.

Au cours des phases de relèvement, la lutte antimines a pour objectif de développer les capacités locales, de sensibiliser la population aux risques liés aux restes explosifs de guerre (REG) et d’éliminer les principales menaces qui pèsent sur les communautés vulnérables. Cette approche participative et communautaire vise à apporter un soutien fondé sur la compréhension des différents aspects de la mobilisation communautaire et de l’autonomisation, de la cartographie des structures de direction et de gestion au suivi et à l’évaluation, en passant par la planification des actions communautaires.

Entre la phase de relèvement et la phase de développement, HI mène également des activités de transformation des conflits. L’objectif consiste à soutenir des stratégies durables en matière de gestion des risques, à améliorer la sécurité des personnes et à favoriser le développement socio-économique.

Abris d’urgence

Les programmes d’aide humanitaire ont pour objectif premier de protéger les personnes qui traversent des situations difficiles (conflits, catastrophes naturelles, discrimination, etc.) et d’améliorer leurs conditions de vie. En principe, les premières interventions du programme d’abris s’attachent à répondre aux besoins les plus fondamentaux et immédiats, tout en s’efforçant de renforcer et d’asseoir les bases du développement au sein de la communauté, de façon à réduire ou éliminer les risques liés à ces situations de vulnérabilité. 

La mise en place d’un système durable est une problématique qui doit être envisagée dès le début de la conception du programme. Pendant la première phase de l’urgence, l’action initiale doit être rapide et efficace, et l’autosuffisance n’est pas nécessairement un objectif. Cependant, une fois que les besoins fondamentaux sont satisfaits, l’évolution de l’action doit être planifiée en tenant compte de la viabilité à long terme. 

Pour ce faire, il convient de prendre en compte les facteurs suivants :

  • Pertinence des techniques et matériaux utilisés par rapport au contexte et à la population
  • Qualité de la conception et de la construction des installations
  • Implication des communautés et des structures locales afin de garantir des solutions culturellement adaptées
  • Renforcement des capacités et formation (gestion, entretien, etc.)
 

Réadaptation physique et fonctionnelle

Afin d’éviter toute incidence négative sur le système de santé local, les programmes de HI visent une transition rapide entre la prestation directe de services et le soutien aux autorités sanitaires et aux services de réadaptation existants.

En soutenant ces services dès le départ, HI peut passer d’un soutien direct total (renforcement des capacités + soutien matériel et financier afin de permettre aux bénéficiaires de profiter gratuitement des services) à un soutien partiel consistant à renforcer la gestion des services de réadaptation et à faciliter l’accès des personnes les plus vulnérables. Cela peut inclure la création de fonds d’équité afin de permettre aux structures de réadaptation de devenir plus autonomes et de se détacher du financement et du soutien de HI.

Dès le lancement de ses activités, HI travaille avec les membres de la communauté pour identifier les personnes touchées par la crise et à risque de complications, répéter les messages de prévention clés et orienter les patients vers les services de réadaptation et de santé compétents. Cela lui permet de renforcer l’acceptation par la communauté et de faire connaître les avantages de la réadaptation. Cela permet également de consolider la mise en œuvre de la réadaptation à base communautaire et le continuum de soins.

Enfin, le travail de HI avec les acteurs clés de la santé et les pouvoirs publics locaux (comme le ministère de la Santé) nous permet de promouvoir l’élaboration de politiques sanitaires intégrant les services de réadaptation essentiels.

Moyens de subsistance

Afin d’éviter toute incidence négative sur le développement et l’économie du pays, les programmes de HI visent une transition rapide entre la prestation directe de services à toutes les personnes touchées par la crise et des services spécialisés impliquant davantage les acteurs locaux et nationaux. Les équipes doivent planifier cette transition dès le début de l’intervention d’urgence. Au terme de la phase d’action d’urgence initiale, les équipes doivent s’attacher à relancer le marché et à favoriser la résilience.

Activités de subsistance visant à relancer le marché local pendant la phase de relèvement

  • Préférer les subventions en espèces à la fourniture de kits dès que le marché est opérationnel
  • Fournir des kits de création d’entreprise et octroyer de petites subventions 
  • Mettre en œuvre un programme « argent contre travail » (par exemple, petits projets de réadaptation des infrastructures publiques et déblaiement  des voies d’approvisionnement)
  • Distribuer de l’argent aux personnes les plus vulnérables si le programme « argent contre travail » n’est pas accessible

Activités de subsistance visant à favoriser la résilience pendant la phase de développement

  • Proposer des formations, notamment professionnelles, continues, commerciales et agricoles.
  • Proposer des possibilités d’accompagnement, de tutorat, d’apprentissage et de stages.
  • Fournir des kits de création d’entreprise et octroyer de petites subventions 
  • Cartographier les chaînes de revenus et d’approvisionnement, identifier les éventuelles failles et mettre en œuvre des activités pour y remédier
  • Soutenir les petites et moyennes entreprises

Action humanitaire inclusive

HI élimine les obstacles à l’aide humanitaire pour les personnes les plus vulnérables et met en œuvre des actions ciblées afin de réduire les risques en matière de protection et la discrimination dans la fourniture de l’aide.

  • Mise en place de programmes et services inclusifs
  • Plaidoyer et sensibilisation
  • Soutien technique aux acteurs extérieurs dans les domaines de l’action humanitaire inclusive, de l’identification et de la réduction de risques spécifiques en matière de protection et du respect des principes humanitaires

De la prestation directe d’un large éventail de services à toutes les personnes touchées par la crise, y compris les membres de la communauté hôte, à des services plus spécialisés impliquant davantage les partenaires locaux et nationaux :

  • Au cours des phases d’urgence et de relèvement, HI propose des services inclusifs accessibles à tous, y compris aux populations particulièrement vulnérables et exclues. 
  • Au cours de la phase de développement, HI favorise l’élaboration de politiques inclusives, soutient la participation et la représentation des personnes handicapées dans la société civile, et contribue à remédier aux causes profondes de l’exclusion fondée sur le handicap et aux discriminations convergentes fondées sur le genre et l’âge.

Photos : © S. Ahmed / HI - © E. Fourt / HI - © P. Sthapit / HI